La miséricorde de Jésus, des fidèles et du prêtre par fr. Manuel Rivero, o.p.

« Être missionnaire, c’est laisser déborder son cœur […], il faut avoir un cœur liquide », disait le curé d’Ars, un cœur qui coule, qui déborde, qui entraîne[1].

Un an avant de devenir novice dominicain au couvent royal de Saint-Maximin (Var), Albert Lagrange, séminariste à Issy-les-Moulineaux en 1879, écrit dans son Journal, des réflexions sur le premier mot de la vie dominicaine prononcé par le postulant au jour de sa prise d’habit, les bras en croix, en réponse à la question du prieur provincial « Que demandez-vous ? »: « La miséricorde de Dieu et la vôtre. »

La miséricorde de Jésus, des fidèles et du prêtre

Exemples de miséricorde dans les derniers moments de la vie de Jésus

La dernière Cène respire ces sentiments de miséricorde : il sent combien ses disciples sont encore mal formés ; il leur lave les pieds, leur promet d’exaucer leurs prières, de leur envoyer l’Esprit consolateur, la force, il leur lègue la paix, leur annonce sa Résurrection, leur donne rendez-vous en Galilée.
La souffrance, si atroce qu’elle soit, ne le rend pas égoïste : il appelle Judas son ami, il guérit Malchus, il convertit St Pierre par un regard, il paraît miséricordieux pour Pilate. Sur la Croix, il prie pour ses bourreaux, il a un mot pour la Ste Vierge et pour St Jean. Après sa Résurrection, il est plein de condescendance pour ses disciples, peu affermis dans la foi.

Enseignements
N.S. est bien aussi le docteur de la miséricorde. Diliges proximum tuum tanquam teipsum[2] . St Luc ; le Samaritain qui recueille le malheureux. Le prêtre a l’habitude de gouverner les âmes, de les dominer : souvent il perd ainsi les sentiments de miséricorde et de tendresse. Il est toujours en contact avec les misères, il risque de s’y habituer et d’y devenir indifférent. – Matth. 25[3] . La miséricorde est le critérium du denier jugement. Ceux qui cherchent dans la vie le dévouement pour soulager les autres ne sombreront jamais. Ceux qui cherchent la science, la gloire, même avec des vues élevées, peuvent sombrer, ceux-là non. Nous aimons à croire que les hommes miséricordieux seront sauvés, nous espérons que, s’ils sont incroyants, Dieu leur fera la grâce finale.
Discours sur la montagne. 8e béatitude : beati misericordes[4].
Estote perfecti[5] . St Luc dit :
Estote misericordes[6] . Il prêche la miséricorde aux pécheurs. » (Journal spirituel inédit d’Albert Lagrange, séminariste à Issy-les-Moulineaux, le 25 avril 1879)[7]

(La Revue du Rosaire, L’Année sacerdotale et le Père Lagrange, n° 221, mars 2010)

Notes    (↵ returns to text)

  1. Extrait de la conférence donnée à Ars, le 3 août 2006, par le père Jean-Philippe Nault, recteur du sanctuaire d’Ars: Le Curé d’Ars, témoin de la miséricorde. www.arsnet.org.
  2. «Aime ton prochain comme toi-même.»
  3. Cf. Évangile selon saint Matthieu 25, 45: «En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.»
  4. Évangile selon saint Matthieu 5, 7: «Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.»
  5. «Soyez parfaits.»
  6. «Soyez miséricordieux.»
  7. Marie-Joseph LAGRANGE, Journal spirituel (inédit), Premier cahier; transcrit par le frère Renaud Escande, révisé par le frère Bernard Montagnes.