Les trois offices des Apôtres selon le P. Lagrange par fr. Manuel Rivero, o.p.

Ressuscité d’entre les morts, Jésus envoie ses onze disciples en mission : « Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à pratiquer tout ce que je vous ai commandé. Et voici que je suis avec vous en tout temps jusqu’à la consommation des siècles » (Matthieu 28, 18-20).

Dans son ouvrage d’exégèse L’Évangile selon saint Matthieu, le Père Lagrange commente ce passage : « La résurrection, sans séparer complètement le Christ de ses disciples, l’a cependant investi d’une puissance qu’il possédait déjà, mais qui était comme voilée. […] La mission des Apôtres dérive du pouvoir du Christ. Elle sera donc universelle comme ce pouvoir. »[1]

Les apôtres accomplissent trois offices : prêcher, baptiser et enseigner de manière pratique la loi morale : « Aussi le Christ promet-il à ses apôtres une assistance spéciale. Elle est nommée une présence, c’est-à-dire spirituelle, car ces paroles ne peuvent signifier qu’un adieu. […] Ces dernières paroles du Seigneur sont consolantes, surtout pour nous qui pouvons constater l’accomplissement miraculeux de tout ce petit discours. […] L’affirmation de la puissance accordée au ressuscité se vérifie par l’assistance qu’il a donnée, ou plutôt par cette présence dont tous les fidèles sont pénétrés. »

Le Père Lagrange a vécu la mission apostolique à la manière de saint Dominique. Il a enseigné en établissant un dialogue exigeant et fécond avec les commentateurs critiques de la Bible. Prêtre, il a baptisé. Témoin du Christ, il a montré de manière communicative la voie de l’amour fraternel à la suite de Jésus.

Les biographes de saint Dominique racontent que le fondateur de l’ordre des Prêcheurs préférait prêcher à Carcassonne plutôt qu’à Toulouse. À Toulouse, il recevait des éloges. À Carcassonne, il se heurtait à l’opposition des hérétiques.

En bon fils de saint Dominique, le Père Lagrange a choisi le débat contradictoire avec les opposants de la foi catholique. Comme les prophètes, il a connu la contradiction et l’épreuve.

(La Revue du Rosaire, n° 181, Juillet-Août 2006)



Notes    (↵ returns to text)

  1. M.-J. Lagrange, Évangile selon saint Matthieu, Paris, Librairie Lecoffre J., Gabalda et Fils Éditeurs, coll. « Études bibliques », 1927, p. 544.