Échange épistolaire avec le père Cormier

Le Père Cormier, maître de l’Ordre, a soutenu le Père Lagrange dans la fondation de l’École biblique de Jérusalem. Le Père Cormier, premier provincial de la Province de Toulouse, maître de l’Ordre des prêcheurs de 1904 à 1916, est entré dans la joie de son Seigneur à Rome le 17 décembre 1916. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 20 novembre 1994. Il est fêté le 21 mai.

Lettre du Père Cormier, maître de l’Ordre, au Père Lagrange, envoyée de Rome le 30 octobre 1909[1] :

« Je l’ai dit à plusieurs : dans les fondations, il y a souvent un mort. Ici le mort doit être l’esprit propre, même dans la manière de faire le bien. Le sacrifice de soi dans la mesure où le réclame la vie religieuse ordinaire ne suffit pas ; il faut être prêt à tout ; à ne pas enseigner ce qu’on aime, à enseigner ce pour quoi on n’a pas de goût ; saint Joseph Calasanz balayait les classes : tout est grand ! »

Lettre du Père Marie- Joseph Lagrange au Père Cormier, le 5 mai 1912 :

« Une expérience déjà longue m’a convaincu qu’il ne faut point laisser mettre en suspicion ni l’orthodoxie ni l’honnêteté. Il y a lieu, le plus souvent, de répondre pour défendre son honneur de chrétien et sa loyauté. »

(La Revue du Rosaire, n° 179, mai 2006)


Notes    (↵ returns to text)

  1. Exégèse et obéissance. Correspondance Cormier-Lagrange (1904-1916), par Bernard Montagnes, o.p. Paris. J. Gabalda et Cie, Éditeurs, 1989, p. 249.