Écho de notre page Facebook : janvier 2019

22 janvier 2019

L’expérience du désert par le P. Marie-Joseph Lagrange o. p.
« Garde ma loi, observe mes commandements »

Se reporter à la rubrique « Quelques articles du père Lagrange »

19 janvier 2019

Serviteur et fils de la Bienheureuse Vierge Marie

Vierge avec l’Enfant ou Madone à la grenade
Fra Angelico

L’attitude intérieure du père Lagrange envers Marie est celle du saint esclavage (il ne semble pas en avoir pris l’inspiration chez Grignion de Montfort). Beatae Mariae servus et filius, se proclame-t-il le 22 octobre 1927. (Bernard Montagnes. Marie-Joseph Lagrange. Une biographie critique, Cerf, 2008, p. 561.

« Demeurons un petit serviteur de Marie, humble et caché… » (Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel 22 septembre 1927.)

 

 

 

18 janvier 2019

Pour ceux qui sont intéressés, nous venons de mettre sur site une page : chronologie du père Lagrange par fr. Bernard Montagnes o.p.  Rendez-vous sur www.mj-lagrange.org

Bonne chronologie développée sur le père Lagrange, à lire avec plaisir. Bon samedi avec la Vierge Marie. Dans la prière au Seigneur. Fr. Manuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 janvier 2019

Le baptême de Jésus

Vous souvenez-vous de la date de votre baptême ?
Le père Lagrange faisait souvent mémoire dans la prière du 12 mars 1855, date où il avait été plongé dans les eaux baptismales dans la collégiale Notre-Dame de Bourg-en-Bresse.

Ce baptême de Jésus reçu des mains du dernier et du plus grand des prophètes est le symbole du baptême de l’Esprit que les fidèles chrétiens recevront par leur foi en la mort et en la résurrection de Jésus.
Le père Lagrange y voit une épiphanie, c’est-à-dire une manifestation de la divinité du Christ que l’Église célèbre de manière solennelle dans le rayonnement de la fête de Noël. En ce temps-là, des rois s’attribuaient une nature divine. Jésus ne se fait pas Dieu comme l’ont prétendu certains empereurs romains morts de façon malheureuse. En tant que Fils unique de Dieu, il reçoit l’Esprit Saint du Père. Au Jourdain, l’Esprit Saint relie le ciel et la terre puisqu’il est le nœud du Père et du Fils, dont toutes ses œuvres sont communion.
En recevant le baptême, Jésus annonce l’union des pécheurs avec la divinité de son Père.

(extrait de Le père Lagrange et la Vierge Marie. Méditation des mystères du Rosaire, Cerf, 2012, pp. 79-81.)

 

10 janvier 2019

Voici venir le jour de notre rendez-vous mensuel de prière, en commun avec fr. Manuel Rivero o.p., au cours de la messe qu’il célèbre aux intentions personnelles des membres de l’association des amis du père Lagrange et pour la béatification de cet humble serviteur de Dieu que fut le P. Marie-Joseph Lagrange.

« Ave Maria ! Le monde est si peu de chose, les choses vont si de travers qu’on ne songe d’abord qu’à s’absorber dans la pensée, mais alors l’œuvre de Dieu ne se fait pas, car chose inouïe, il ne la fait pas tout seul, lui, le Tout-Puissant, ne fera rien sans nous, ni pour nous, ni pour les autres, – c’est au moins dans ce sens que les grâces (ordinairement) ne fructifient pas sans le concours des secours qu’on trouve dans l’Église. Tout se ramène à l’Église où sont les grâces, même celles qui sont données en dehors de l’Église et qui y conduisent plus ou moins directement –. (P. Lagrange dans son Journal spirituel, Cerf, 2014, p. 313.)

Nous prions aussi pour le chapitre provincial de Toulouse qui se tient en ce moment dans « la ville rose » où vécut le père Lagrange comme professeur au retour de Salamanque en 1886. Belle Epiphanie à vous, avec ma prière au Seigneur. Fr. Manuel.

7 janvier 2019

Saint Raymond de Peñafort, o. p. fut canonisé pour sa « sainteté au service de la justice »

Saint Raymond de Peñafort
Fra Angelico, XVe

 

Le P. Marie-Joseph Lagrange, Frère prêcheur, voua sa vie au service apostolique de la vérité. (Bernard Montagnes o.p., Marie-Joseph Lagrange. Biographie critique, Cerf, 2013, p. 549.)

Dans son Journal spirituel, le 7 janvier 1881, fr. Marie-Joseph Lagrange, propose à notre réflexion :
« La charité fraternelle est le grand moyen de sanctification. 

 

 

 

 

 

 

6 janvier 2019

Solennité de l’Épiphanie du Seigneur

Adoration des Mages
Patriarcat latin de Jérusalem

[…] Or, les mages avaient vu se lever à l’Orient un astre nouveau, vraisemblablement une comète. Tout le monde se tenait pour assuré que c’était le présage d’un règne glorieux. Eux ont pensé au futur roi des Juifs, dont ceux-ci disaient des choses si merveilleuses. Pensant donc qu’il était né, ils vinrent à Jérusalem, la cité sainte du judaïsme.

 

 

 

(extrait de Marie-Joseph-Lagrange o.p., L’Évangile de Jésus Christ, Artège-Lethielleux, 2017.)

1er janvier 2019

Bonne année 2019 en la confiant à la Vierge Immaculée, si vénérée par le père Lagrange. Fr. Manuel.

 

Sainte Marie, Mère de Dieu

Vénérer la Vierge Marie

extrait de l’article de fr. Manuel Rivero o.p. : Pourquoi appeler la Vierge Marie, Mère de l’Église ?

Le père Marie-Joseph Lagrange (1855-1938), dominicain, fondateur de l’École biblique de Jérusalem, notait dans son Journal spirituel au cours de son noviciat au couvent royal de Saint-Maximin :

« La bienheureuse Vierge Marie a détruit dans sa personne toutes les hérésies : elle est Mère de Dieu, donc, le Fils de Dieu, Jésus-Christ, n’est qu’une seule personne, et il a deux natures puisqu’il est aussi vraiment son Fils, né de sa substance[1]. »

L’histoire de l’Église montre aussi comment la fréquentation de la Vierge Marie dans la prière loin d’éloigner les fidèles du Christ les a rapprochés avec justesse de son mystère.

Aussi, le concile Vatican exhorte-t-il les chrétiens à vénérer la Vierge Marie, avec amour, en lui adressant des prières d’invocation, et en cherchant à imiter sa foi[2].

Il arrive que des sociologues s’étonnent de l’impact de la spiritualité mariale auprès des chrétiens ayant subi la violence, l’emprisonnement, la pauvreté et toutes sortes de persécutions. Avec la Vierge Marie, ils ont gardé la foi au Christ médiateur entre Dieu et les hommes.

Mère de Dieu, Mère spirituelle des chrétiens, Mère de l’Église, la Vierge Marie, femme au regard pénétrant, active dans son amour, conduit au Christ comme elle l’a fait aux noces de Cana : « Faites tout ce qu’Il vous dira » (Jn 2,5.)

[1]Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel. Paris. Édition du Cerf. 2014. 16  novembre 1880. P. 104.

[2]Concile Vatican II. Lumen gentium. Chapitre VIII. « La bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, dans le mystère du Christ et de l’Église »,n°66-67.