Écho de notre page Facebook : avril 2021

19 avril 2021
Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6, 29)

La réponse du Sauveur ramène tout à l’unité. L’œuvre du Père c’est d’envoyer son Fils ; s’associer à cette œuvre, la faire en quelque sorte, c’est croire en son envoyé (cf. 1 Jean 3, 23). […] Mais on peut affirmer que si l’on n’avait pas étudié Paul avec le désir de comparer les doctrines, ce que faisaient les Pères, personne ne verrait ici une allusion à la distinction des œuvres et de la foi, d’autant que les œuvres du verset 28 (« Que devons-nous faire, pour procurer les œuvres de Dieu ? ») ne sont pas les œuvres de la Loi, et si cette distinction n’est pas exprimée, on n’a pas le droit de dire qu’elle est dépassée. En somme, aux Juifs qui le consultent sur les œuvres qu’il leur promet, Jésus demande de croire en lui. C’est la seule chose qu’il exige tellement qu’on peut la dire unique, quoique Jean ne prétende pas assurément laisser de côté d’autres œuvres, comme l’amour du prochain (Marc 9, 23 ; 11, 22 etc.) qui est en somme l’adhésion à Jésus (Matthieu 9, 28 ss.).

(Marie-Joseph Lagrange des Frères prêcheurs, L’Évangile selon saint Jean, 6e éd., Lecoffre-Gabalda, 1936.)

Illustration : Christ par Rembrandt (1648)

 

17 avril 2021
Ayant donc ramé environ vingt-cinq ou trente stades, ils aperçoivent Jésus marchant sur la mer et s’approchant de la barque ! …. Et ils prirent peur. Mais il leur dit : « C’est moi ; n’ayez pas peur » (Jean 6, 19-20).

Le père Lagrange commente : – Cependant tous ces prodiges étonnaient les disciples sans les éclairer entièrement. Ils avaient eux-mêmes fait des miracles au nom de Jésus, ils avaient été les instruments de la multiplication des pains, ils l’avaient vu marcher sur les eaux : il avait donc plein pouvoir sur la nature. Mais à quoi aboutiraient tout cela, puisqu’il ne voulait pas se laisser acclamer roi par la foule ? Où donc les menait-il, exigeant d’eux une obéissance dont ils ne pénétraient pas les raisons ? Saint Marc parle d’une stupeur extrême, contenue dans leurs cœurs. On touchait à une heure critique. (L’Évangile de Jésus Christ avec la synopse évangélique, Artège-Lethielleux, Paris, 2017.)

Illustration : Jesus walks on water – St Botolph without Aldersgate.

 

12 avril 2021
Deux éminentes et saintes figures dominicaines du XXe siècle. Deux expériences spirituelles. Tous deux avaient en commun leur amour pour la Vierge Marie et le Rosaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 26 mars 2021, à Lourdes, l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France a approuvé « l’ouverture de la cause en vue d’une éventuelle béatification du R.P. Marie-Étienne Vayssière », dominicain, qui fut pendant trente-deux ans (1900-1932) le gardien de la grotte de la Sainte Baume (Var), avant d’être nommé ensuite prieur provincial de Toulouse de 1932 à 1940.

L’estime du prieur provincial Étienne Vayssière o.p. (1864-1940) pour le frère Marie-Joseph Lagrange o.p. (1855-1938)

Une lettre inédite du prieur provincial Ét. Vayssière au P. M.-J. Nicolas, le 26 mai 1937, atteste l’importance que le P. Lagrange attachait à ce document : « Le P. Lagrange m’a fait taper, à votre intention, une lettre admirable du P. Colchen, qui prouve son rôle de premier plan et presque d’initiateur dans la création de l’œuvre de Jérusalem… Les deux provinciaux, de France et de Lyon, restèrent sourds à l’appel… Vous pouvez utilement lui donner place dans votre petite biographie [de Colchen]. Le cœur du P. Colchen vibrait toujours, me disait le P. Lagrange, quand il s’agissait des intérêts principaux de l’Ordre… » ADT, fonds Colchen. (Bernard Montagnes o.p. Marie-Joseph Lagrange. Une biographie critique, Cerf, Paris, 2004, p. 62.)

Les dernières années de sa vie, le père Lagrange les a vécues à Saint-Maximin, et ses frères dominicains en formation, soulignait l’exemplarité du P. Lagrange. Exemplarité soulignée par un prieur provincial lui-même expert dans les voies spirituelles et qui a laissé une réputation de sainteté.

En 1938, le P. Gillet, maître de l’Ordre, soulignait que le fondateur de l’École biblique n’était pas seulement un exégète incomparable, un savant d’une rare culture, un esprit très fin, un travailleur acharné, mais aussi « qu’il fut en même temps et resta toute sa vie un saint religieux ».

De cet éloge, venu de la plus haute autorité de l’Ordre, le P. Vayssière tint à remercier le maître de l’Ordre (7 Mai 1938) :

« Je veux sans retard vous dire ma fidèle reconnaissance. Dieu l’avait donné à notre province ; il lui en avait conservé au cœur l’amour ; et il a voulu qu’il vienne y mourir, et trouver son suprême repos dans ce couvent de Saint-Maximin, berceau de son noviciat, pour que notre jeunesse religieuse qui s’y abrite trouve, dans son souvenir et la présence de ses restes, la grâce de ferveur dominicaine qui, sans défaillance, a animé sa vie si méritante et si glorieuse. Vous avez bien voulu, mon Rme Père, mettre en pleine lumière aux regards de l’Ordre cette prérogative accordée par Dieu à notre province. Nous en sommes grandement touchés, et permettez-moi, au nom de tous nos religieux, de vous en dire notre sincère reconnaissance. »

(Extraits de Bernard Montagnes o.p. Marie-Joseph Lagrange. Biographie critique. Cerf, Paris, 2014.)

 

10 avril 2021
Le 10 mars 1938, le P. Lagrange retournait vers le Père.

En ce jour-anniversaire, nous unissons notre prière à celle de Fr. Manuel Rivero o.p. au cours de la messe célébrée aux intentions des amis de l’association, de celles qui sont confiées à l’intercession du P. Lagrange dont la foi était rayonnante. Le P. Lagrange a voué son existence à la recherche de la vérité dans les Écritures. Que l’Église reconnaisse bientôt publiquement la sainteté de sa vie et l’héroïcité de ses vertus. Le P. Lagrange reste aujourd’hui, une référence et un exemple, quatre-vingt-trois ans après sa mort.

Le P. Lagrange écrit dans son Journal spirituel : « Dieu voulait aussi nous faire comprendre combien la prière lui est agréable ; ce qu’il a décidé, il veut que nous l’obtenions par nos prières ; c’est le grand mystère de l’intercession pour les prédestinés ». En effet, « le père Lagrange était un homme fervent, c’est-à-dire un homme dont la prière était feu ». Ce qui lui a permis d’accomplir une œuvre immense pour la compréhension des Écritures, la recherche sur le terrain et la création de l’École biblique et archéologique de Jérusalem qui continue son œuvre et la garde bien vivante.

 

7 avril 2021
Jésus et les disciples d’Emmaüs.(Luc 24, 13-35)

L’évangéliste qui seul a raconté la mission des soixante-douze disciples est aussi le seul qui ait fait une part aussi large à de simples disciples comme témoins de la résurrection. D’ailleurs ils auront hâte d’en référer aux Apôtres. Le récit est simple, et bien propre à produire la conviction ; les sentiments ne sont point décrits mais sortent avec un naturel exquis de l’âme affligée puis radieuse des disciples. Ce chemin d’Emmaüs rappellerait les bords de l’Illisos, si l’on pouvait comparer les agréables conversations, ou même les suggestions profondes de Socrate, à une si touchante manifestation du Sauveur du Monde.

« Reste avec nous, car le soir vient, et le jour est déjà à son déclin. »

Bientôt on se met à table, et on laisse l’étranger présider le repas. […] Les disciples d’Emmaüs le reconnaisse à la fraction du pain, mais ne le voient pas manger ; il mangera plus tard. Ainsi insistent-ils sur la fraction du pain. Pour donner à ce mot un sens précis, il suffit de supposer que Jésus avait sa manière à lui de rompre le pain après l’avoir béni, manière que les siens connaissaient. […] Le moment où leurs yeux furent ouverts n’est pas précisé, et il n’a pas été question de manducation. […] Le Christ a quitté les disciples en disparaissant soudain. […] L’importance de l’événement est telle que les deux disciples, renonçant au repos qu’on goûte si volontiers quand on est rentré chez soi, partent à l’heure même pour informer les Apôtres, qu’ils espèrent rencontrer encore à Jérusalem. Et de fait ils trouvent tout le groupe réuni.

(extraits de L’Évangile selon saint Luc par le P. Marie-Joseph Lagrange o.p., Lecoffre-Gabalda, Paris, 5° édition, 1941.)

Illustration : Disciples d’Emmaüs par Diego Velázquez, 1618. Museum Metropolitan, NY.

 

4 avril 2021
Christ est ressuscité ! Alléluia ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !
Sainte et Heureuse Pâques !

Jésus de Nazareth, martyr de la vérité religieuse

D’autres hommes s’étaient fait un nom glorieux dans la politique, dans les lettres, dans la guerre.

La philosophie, la poésie, les arts étaient la part d’Athènes. Alexandrie avait cultivé l’érudition et les sciences naturelles, inaugurées par Aristote. Rome faisait la conquête du monde méditerranéen et savait déjà l’administrer ; elle posait les fondements d’un droit universel grâce à la philosophie grecque. Jésus est étranger à tout cela.

Était-ce pour demeurer fidèle à l’idéal des prophètes ? Assurément les prophètes s’étaient présentés à Israël comme les envoyés de Dieu, porteurs de son message, uniquement préoccupés de ses intérêts. […] Lorsqu’on voulut le [Jésus] proclamer Messie, c’est-à-dire le roi libérateur d’Israël, il s’y refusa.

Il avait toujours pris soin dès le début d’éviter toute action révolutionnaire, et même recommandé de ne point divulguer ses miracles. Il se savait le Messie, promis par Dieu à son peuple, mais, le rôle du Messie, tel que Dieu le lui avait confié : d’instruire les hommes de leurs devoirs religieux, de les inviter à la pénitence, de leur prêcher l’amour de Dieu, l’abandon à sa Providence, la soumission à sa volonté, l’amour du prochain. C’était cela, le règne de Dieu.

Ce règne établi par sa mort, lui ressuscité et glorifié, il en serait le roi dans les siècles des siècles. (Marie-Joseph Lagrange o.p. L’Évangile de Jésus Christ, p. 652-653, Artège, 1017.)

Illustration : Anastasis – La Résurrection du Christ

 

Samedi saint 3 avril 2021
Le silence du Samedi saint

Pour les chrétiens, ce saint Samedi représente le temps de maturation du mystère pascal.
Le Christ accomplit l’union du repos du chabbat avec Dieu, par sa victoire sur la mort.

Par ce saint Samedi, les chrétiens vont connaître une étape nouvelle et définitive vers l’accomplissement. De Jésus aussi, il est vrai de dire que sa mort ne fixe aucune limite au Dieu vivant « qui ne laisse pas aux fidèles voir la fosse (Psaume 15,10) ».

Si, pour beaucoup, la mort est un voyage à l’horizon indéfini, pour les chrétiens, c’est Jésus qui rejoint notre enfer et nous relève resplendissants dans la re-création.

(extrait d’un très beau texte, « Le grand silence du Samedi saint », écrit en 2008 pour la Revue du Rosaire par Isabelle, amie de l’association des amis du père Lagrange.)

 

2 avril 2021

Vendredi saint

 

 

« Ayez pitié de nous Jésus, qui dans votre clémence avez souffert pour nous. »
(Marie-Joseph Lagrange o.p.)

Illustration : Crucifixion par Louis Brea (1512). Monastère de Cimiez. Nice.

 

 

 

1er avril 2021
Jeudi saint
Mon Dieu pardonnez-moi mes péchés, faites-moi la grâce de ne plus vous offenser !
Ô Dieu, sauvez la liberté de votre Église ! « Ne livre pas aux bêtes les âmes de ceux qui se confient en toi (Psaume 74 (73) 19). »
(Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel)

Dans l’évangile de ce jour (Jean 13, 1-15), l’intention principale de Jésus était de donner à ses disciples un exemple d’humilité qui fût une leçon éternelle dans son Église. Ce qui hausse cette basse fonction jusqu’à l’héroïsme, c’est que lui, sorti de Dieu, et allant à Dieu, savait que Judas Iscariote, fils de Simon, l’un des Douze, songeait en ce moment même à le livrer. Et il lui laverait les pieds comme aux autres.

(L’Évangile de Jésus Christ avec la synopse évangélique par Marie-Joseph Lagrange, Artège, 2017.)

Illustration : Lavement des pieds (source Radio-Maria)