Écho de notre page Facebook : juin 2016

27 juin 2016

Fils de saint Dominique – Retraite de profession

Sainte Catherine de Sienne Sculpture (détail) de Neroccio di Bartolomeo (1475)

Sainte Catherine de Sienne
Sculpture (détail) de Neroccio di Bartolomeo (1475)

 

 

Quand vint le moment de faire la retraite qui devait précéder la profession des vœux simples mais perpétuels qui étaient alors en usage, je ne songeai pas à examiner ma vocation. Cette joie intérieure, presque sans aucun nuage, me paraissait une marque évidente que j’étais bien dans ma voie. Je pris pour thème de mes méditations les sept paroles de Marie telles qu’elles sont commentées par saint Bernardin de Sienne. La doctrine de sainte Catherine m’avait appris l’immense importance de ne pas juger les autres. Il me parut que ce serait très facile en réfléchissant que peut-être ils souffrent beaucoup. Avant de juger les autres, sais-tu ce qu’ils souffrent ? devint un frein à cette facilité que nous avons à condamner : la compassion est une préparation efficace à la charité.

(Père Lagrange. Souvenirs personnels.)

 

24 juin 2016

Nativité de saint Jean Baptiste (Luc 1, 76-78 ; 80)

Saint Jean Baptiste enfant Bartolomé Esteban Murillo (1665)

Saint Jean Baptiste enfant
Bartolomé Esteban Murillo (1665)

« Et toi-même, petit enfant, tu seras nommé prophète du Très-Haut ; car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer ses voies, afin de donner la connaissance du salut à son peuple, en la rémission de leurs péchés, en suite de la miséricorde du cœur de notre Dieu, qui l’amènera parmi nous … »

« Or l’enfant croissait et se fortifiait en esprit, et il était dans les déserts jusqu’au jour de sa manifestation à Israël. »

Jean n’avait point de résidence fixe. Ces déserts ne peuvent être que ceux qui s’étendent à l’est d’une ligne tirée de Jérusalem à Hébron, les déserts de Juda. L’endroit qu’on montre comme le désert de saint Jean à trois quarts d’heure au sud-sud-ouest de ‘Aïn Karim n’est point un désert. Rien n’indique que l’enfant ait eu un rapport quelconque avec les Esséniens. On dirait qu’il est dans le désert, comme le peuple à sa sortie d’Égypte, pour être plus livré à l’influence de l’Esprit de Dieu. Luc donne ainsi à entendre qu’il n’a eu aucun rapport personnel avec Jésus – malgré tant d’aimables chefs-d’œuvre de la peinture –, jusqu’au jour où il se montra publiquement à Israël […]. C’est Jean lui-même qui se manifestera, mais c’est aussi Dieu qui le tient en réserve pour le manifester (2 Maccabées 2, 8) au moment voulu.

(Père Lagrange, Commentaire de l’Évangile selon saint Luc, Gabalda, 1941.)

Bonne fête à ceux qui ont comme saint patron de baptême, saint Jean Baptiste !

 

20 juin 2016

Fils de saint Dominique. Formation spirituelle

Saint Vincent Ferrier prêche à la foule. Saverio De Musso (1734)

Saint Vincent Ferrier o. p. prêche à la foule.
Saverio De Musso (1734)

 

Je lus des auteurs spirituels, entre autres l’incomparable petit traité de saint Vincent Ferrier, qui pose pour base de l’action apostolique, la pauvreté, le silence, et l’exercice intérieur des vertus : paupertas, taciturnitas, interna mentis exercitatio. Sainte Catherine de Sienne enseigne les mêmes principes. Il n’est pas jusqu’à ma pieuse mère qui ne contribuait à ma formation spirituelle. Trop modeste pour prendre le ton d’un sermon, elle m’écrivit cependant avant ma retraite à l’automne que, dès mon enfance, elle avait eu comme une vision de mon sacerdoce, et me conseillait l’humilité et l’obéissance. C’est à quoi m’inclinaient tous les attraits de la grâce, qui me semblaient toujours venir par les mains de Marie. Le Père Maître avait la même dévotion, surtout envers l’Immaculée Conception. C’est sûrement par cet accord de nos âmes dans le service de Marie que je me suis senti vraiment son fils spirituel, et que je me suis soumis avec joie à une direction très serrée et presque rigoureuse, mais avec l’onction du sentiment filial répandu dans l’âme par la Vierge Marie.

(Souvenirs personnels, Le Père Lagrange au service de la Bible, Cerf, 1967).

 

 

17 juin 2016

Épousailles de Marie et Joseph (Dos chasuble, basilique de Marienthal)

Épousailles de Marie et Joseph
(Dos chasuble, basilique de Marienthal)

Fils de saint Dominique. Le choix du nom de religion, en 1879

Le Père Provincial, avant de me donner l’habit, me fit demander si je tenais à un nom de religion. Je proposai Joseph par dévotion pour l’époux de Marie, Paul en souvenir de mon ami, Thomas à cause de l’attachement que j’avais déjà conçu pour le grand docteur saint Thomas d’Aquin et sa doctrine. Les deux derniers noms étaient ceux de religieux récemment entrés dans l’Ordre. On s’arrêta donc à Joseph. Tous les novices recevaient d’abord le nom de Marie, mais leur second nom demeurait seul en usage, sauf pour le cas où les deux patrons étaient Marie et Joseph. C’est pourquoi j’ai toujours signé Marie-Joseph, heureux de ce double patronage, commémoré par la fête des Épousailles, supprimée depuis.

(Souvenirs personnels, Le Père Lagrange au service de la Bible, Cerf, 1967.)

 

 

14 juin 2016

FoiFils de saint Dominique : L’année de noviciat

Le noviciat est un temps de vie cachée. Et il est bien vrai que je passai toute cette année à chercher Dieu. Pourquoi donc en parler à d’autres ? Parce que je pense que les grâces que je reçus alors me furent une telle lumière que la foi fut plus solidement enracinée dans mon esprit. Sans doute aussi, quoique cette région soit plus obscure, la bonne volonté dont j’étais animé me riva si étroitement au service de Dieu, à son amour, qu’il me parut toujours impossible de renoncer à Lui.

(Souvenirs personnels – Le Père Lagrange au service de la Bible, éd. du Cerf, 1967.)

 

10 juin 2016

« Il y a de la joie à se savoir créature ; c’est-à-dire néant, et à toujours l’être parce que l’on est infiniment aimé de Dieu, et à espérer d’être un jour uni à Lui : Celui qui aime ». Saint-Maximin (Var), 10 juin 1880. (Père Lagrange, Journal spirituel, éd. du Cerf, 2014.)

En union de prières avec fr. Manuel Rivero au cours de la messe mensuelle de ce jour anniversaire ; messe célébrée aux intentions des amis de l’Association et pour la prochaine béatification du Père Lagrange, grand croyant, grand savant, qui « avait confiance dans la force de la vérité ».

 

Salamanque, 1880

Salamanque, 1880

6 juin 2016

 

« La clef de la Sainte Écriture, c’est l’amour de Dieu pour nous : il faut y chercher les caractères de Jésus puisqu’il a daigné, pour nous, avoir des caractères »

(Fr. Marie-Joseph Lagrange, Saint-Maximin, 6 juin 1880, Journal spirituel, Éd. du Cerf, 2014).

 

4 juin 2016 : Coeur Immaculé de Marie

Immaculate Heart Mary

 

 

« Elle est la fille chérie du Père céleste, la bien-aimée du Saint-Esprit, la mère et l’amie de Notre Seigneur Jésus, la compagne fidèle de ses joies et de ses douleurs. Elle est plus belle que les anges, plus pure que la neige fraîchement tombée, plus souriante que l’aurore. Elle est la Vierge fidèle qui n’abandonne pas ses serviteurs : quand nous pensons à elle, elle se réjouit dans son Cœur Immaculé ; quand nous parlons d’elle, elle sourit ; elle se penchera vers nous si nous la saluons par une antienne… Ave Maria ! » (Père Lagrange).

 

 

 

3 juin 2016 : Solennité du Sacré-Coeur Sacro Cuore MC

« Ô Jésus, vous êtes le maître absolu et adoré de mon âme, et vous me donnez tout pouvoir sur votre Sacré Cœur par l’intercession de la très pure Marie : donnez-moi, plus que je ne comprends, votre amour et celui du prochain » (Père Lagrange).

« … C’est notre vif désir que tous ceux qui se glorifient du nom de chrétiens et qui luttent activement pour établir le Royaume du Christ dans le monde trouvent dans la dévotion au Cœur de Jésus comme un étendard et une source d’unité, de salut et de paix » (S. S. Pie XII, Haurietis Aquas).

 

1er juin 2016

Chorale des Petits Chanteurs à la Croix de bois

Chorale des Petits Chanteurs à la Croix de bois

Quand le peuple fidèle chante aujourd’hui encore le Credo à l’unisson, il exprime ce que disait Justin : « par le Nom de Jésus nous avons cru comme un seul homme au Dieu qui a fait toutes choses (Dial. CXVI). Cette Église, malgré son unité, est ouverte à tous les hommes : « Le Christ a servi aussi et jusqu’à la servitude de la croix pour les hommes de toute race, de toute couleur et de tout visage, il les a acquis par le sang et le mystère de la croix (Dial. CXXXIV). » Désormais ils constituent un peuple élu, purifié, saint, une race sacerdotale : « par le nom de son fils premier-né, nous avons dépouillé les vêtements sordides, c’est-à-dire les péchés ; enflammés par la parole de sa vocation, nous sommes la véritable race archiprêtresse de Dieu (Dial. CXVI). » Les chrétiens, ceux de l’Église, sont les héritiers légitimes du Nom du Christ. Ce sont eux que Justin défend contre les calomnies, c’est pour eux qu’il plaide au tribunal de César. (P. Marie-Joseph Lagrange des frères prêcheurs, Saint Justin, Philosophe, Martyr, coll. « Les Saints », Lecoffre-Gabalda, Paris, 1914.)