Écho de notre page Facebook : septembre 2017

27 septembre 2017
À l’écoute du Père Lagrange
Marie, médiatrice des grâces

Vierge et l'Enfant (Pérou)

Vierge et l’Enfant (Pérou)

Dans son Journal spirituel, « le nouveau saint Jérôme » s’entretient avec la Vierge Marie comme un ami parle à son ami ou comme un fils s’adresse à sa mère bien-aimée : « Très douce Mère, faites-moi connaître votre désir. » Par ailleurs, il reprend la prière traditionnelle des fidèles : « Montre à ton serviteur que tu es sa mère. » Il a en Marie, en qui il remet toute sa destinée, une totale confiance. Il compte sur elle pour lui faire comprendre la volonté de Dieu : « Donc le 8 septembre, je me remets de nouveau entre les mains de ma Maîtresse et Mère : c’est pour cela que je ne fais aucune démarche : toute initiative doit venir d’elle. » À Salamanque, au cours de ses études de théologie, il fait l’expérience de l’action médiatrice de Marie.
(La spiritualité mariale du Père Lagrange par Manuel Rivero, o. p., pages 39-40, Cerf, 2012.)

Pour confier vos intentions de prières à l’intercession de la Vierge Marie et du Père Lagrange, écrire : pere.marie.joseph.lagrange@gmail.com Ou bien voir : www.mj-lagrange.org

 

24 septembre 2017

Wine Grower Cuyp, Jacob Gerritsz (1628)

Wine Grower
Cuyp, Jacob Gerritsz (1628)

À l’écoute du Père Lagrange :
La grâce de Dieu, et ceux qui murmurent contre la grâce
Matthieu 20, 1-16

Tous les hommes sont placés en regard de Dieu dans la parabole des ouvriers appelés à façonner la vigne. La parabole poursuit un double but. Le principal est d’établir que Dieu a le droit de donner par grâce la vie éternelle même à ceux qui ont peu travaillé pour lui, pourvu qu’à la fin ils répondent à son appel. De ce principe elle déduit une seconde conclusion : on serait mal venu à murmurer contre cette miséricorde, et l’on s’exposerait ainsi à perdre le mérite d’une longue vie de bonnes œuvres.

« Il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers » (Luc 13, 30).

(Marie-Joseph Lagrange, L’Évangile de Jésus Christ avec la synopse évangélique, Préface de Jean-Michel Poffet, o. p., Présentation de Manuel Rivero, o. p., Artège-Lethielleux, 2017, p. 439.)

Confiez vos intentions de prières à l’intercession de la Vierge Marie et du Père Lagrange : pere.marie.joseph.lagrange@gmail.com

 

20 septembre 2017

À l’écoute du P. Lagrange
« J’ai manifesté mon Père, le Père, dit Notre-Seigneur.
Avant moi on a vu Dieu sur le Sinaï. Je l’ai montré dans la crèche.
Aimez le Père céleste, pour sa beauté intrinsèque, pour sa bonté infinie, pour sa Providence.
Matthieu ch. 6 : Il [Jésus] prêche la Providence à ses apôtres qui étaient de pauvres gens luttant pour la vie de chaque jour.
Ne jetez pas toute votre vie dans les soins matériels de la nourriture et du vêtement : Dieu aura soin de vous.
Saint Dominic_csm_de_coeur_cb9a9325f4Matthieu ch. 10 : Dieu ne laisse pas abandonnés les passereaux.
Quant à vous, tous vos cheveux sont comptés.
Devant les magistrats, c’est Dieu qui parlera par votre bouche.
Ces paroles sont consolantes !
Aimez Dieu d’un amour de bienveillance. Le signe est certain.
Ayez mes commandements et gardez-les.
Celui qui fera la volonté de mon Père est mon frère, ma sœur, ma mère.
Faites glorifier le Père céleste.
La plus haute aspiration du chrétien, c’est de ressembler au Père : Soyez donc parfait, comme votre Père est parfait [Matthieu 7, 11] : surtout par la miséricorde. »
(Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel, Cerf, 2014, p. 30.)

Pour confier vos intentions de prières à l’intercession du Père Lagrange : pere.marie.joseph.lagrange@gmail.com

15 septembre 2017

Le visage de Marie (détail) J. Miralhet (1430)

Le visage de Marie (détail)
J. Miralhet (1430)

Le rôle de Marie

Alors que la neige recouvre de son manteau blanc la ville universitaire de Salamanque, le Père Lagrange décrit le rôle de Marie : « Elle est la fille chérie du Père céleste, la bien-aimée du Saint-Esprit, la mère et l’amie de Notre Seigneur Jésus, la compagne fidèle de ses joies et de ses douleurs. Elle est plus belle que les anges, plus pure que la neige fraîchement tombée, plus souriante que l’aurore. Elle est la Vierge fidèle qui n’abandonne pas ses serviteurs : quand nous pensons à elle, elle se réjouit dans son Cœur Immaculé ; quand nous parlons d’elle, elle sourit ; elle se penchera vers nous, si nous la saluons par une antienne.

(La spiritualité mariale du Père Lagrange dans « Le Père Lagrange et la Vierge Marie », Manuel Rivero, o. p., Cerf, Paris, 2012, p. 29.)

 

9 septembre 2017

Prière pour la glorification*

 

Confions nos intentions de prières à l’intercession de la Vierge Marie et du Père Lagrange. Ces intentions seront présentées par Fr. Manuel Rivero, O. P., au cours de la messe qu’il célèbrera, en ce jour anniversaire 10 septembre 2017, pour la béatification du P. Marie-Joseph Lagrange, O. P., grand serviteur de l’Église

[Bourg-en-Bresse (Ain) 7 mars 1855 – Saint-Maximin (Var) 10 mars 1938].

 

 

 

5 septembre 2017Journal spirituel MJ Lagrange 680

« Notre Seigneur, modèle et docteur de la charité envers le prochain :

[…] La miséricorde de Notre Seigneur s’annonce, même avant sa naissance, par le nom qu’il prend : Jésus, Sauveur. Celui qui sauve l’honneur, la fortune, la vie, le courage de son frère est miséricordieux ; que dire de celui qui sauve l’âme. Dès le premier moment il se met à la portée des plus petits […] : les bergers qu’il remplit de joie. Pour récompenser les mages, il les réjouit en revoyant l’Étoile. Joies religieuses, pures, profondes ; il vient apporter la miséricorde. Le dénuement, les privations de Notre Seigneur sont un acte vrai de miséricorde pour toutes les âmes, qui, dans la suite, viendraient se réconforter dans cette méditation : il touchait l’âme de tous les chrétiens de tous les temps. Pauvreté, humilité de sa vie, œuvre personnelle de miséricorde : en même temps ces actes appelaient à lui les âmes qui devaient l’imiter. » […] « Et vous, Marie, ma Mère, vous savez bien que je vous aime ; […] donnez-moi la charité de Jésus. »

(Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel, Cerf, Paris, 2013)

 

1er septembre 2017

Le Père Lagrange et la Vierge Marie104Fidélité dans les épreuves

Quand les difficultés devenaient trop lourdes à porter, le frère Lagrange conseillait à ses frères de reprendre le chapelet pour obtenir la grâce de la vérité et de l’obéissance. L’année 1912 fut terrible dans l’existence du frère Lagrange. Il fut obligé de quitter Jérusalem au début du mois de septembre. Il confia à ses frères : « J’ai toujours mis mon recours en Marie. Elle veillera sur nous. » Rosaire en main, le frère Lagrange retrouvait la paix.

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face parlait du « martyre du cœur » dans une lettre envoyée à un séminariste missionnaire qui devait s’arracher à sa famille et à ses amis : « Le martyre du cœur n’est pas moins fécond que l’effusion du sang et dès maintenant ce martyre est le vôtre. » Le frère Lagrange a connu ce martyre du cœur fécond pour le salut des âmes. (Manuel Rivero, Le Père Lagrange et la Vierge Marie. Méditations des mystères du Rosaire, Préface de Mgr Nicolas Brouwet, p. 27, Cerf, 2012.)