Écho de notre page Facebook : août 2018

31 août 2018
Le père Lagrange un saint esclave de Marie par Bernard Montagnes o.p.

Beatae Mariae servus et filius

Saint Dominique recevant le Rosaire (détail)-Bologna

L’attitude [du P. Lagrange] envers Marie est celle du saint esclavage (il ne semble pas en avoir pris l’inspiration chez Grignion de Montfort).

« Beatae Mariae servus et filius », se proclame-t-il le 22 octobre 1927.

« Demeurons un petit serviteur de Marie, humble et caché… (22 septembre 1921). »

« Vous m’avez racheté, ô Marie ! Je suis donc votre libéré, votre serviteur, votre enfant (24 septembre 1921). »

« J’ai mis spécialement dans les mains de ma Mère le reste de ma vie… Je crois qu’elle a accepté… Nouvelle raison de ne faire aucun acte de disposition propre (3 avril 1926). »

« Très douce Vierge Marie, je renouvelle mon abdication et mon servage entre vos mains. Mais : « Monstra te esse matrem servi tui » (14 octobre 1929). »

(Bernard Montagnes, o.p., Marie-Joseph Lagrange, Biographie critique, Cerf, 2004, pp. 563-564.

 

27 août 2018 : Saint Augustin, évêque d’Hippone (aujourd’hui Annaba-Algérie) et docteur de l’Église, † 430

Le père Lagrange, religieux de parfaite régularité par Bernard Montagnes, o.p

[Le père Lagrange] religieux de parfaite régularité, en tout irréprochable, faisait de l’obéissance un absolu, mais jusque dans l’obéissance il se comportait en homme libre. Il suivait en cela l’exhortation de la règle de saint Augustin (sous laquelle saint Dominique a placé ses fils) à se comporter « non sicut servi sub lege, sed sicut liberi sub gratia constituti » [non comme des esclaves sous le régime de la loi, mais en hommes libres sous le régime de la grâce]. Appelé avant 1914 à exercer des responsabilités à la tête du couvent [Saint-Étienne à Jérusalem], soit comme vicaire (1891), soit comme prieur (1892-1895, 1907-1910, 1910-1912), soit comme sous-prieur (en des temps où les prieurs étaient souvent en voyage), il a eu à faire respecter la régularité moins en imposant sa propre autorité qu’en stimulant la responsabilité de chacun. « Dominicains et donc théologiens », les frères de l’École biblique, à la suite du P. Lagrange, ne se proposent pas de devenir de simples orientalistes ni de purs archéologues. L’orientation personnelle du labeur exégétique du P. Lagrange se définit clairement : « Les études bibliques doivent être avant tout théologiques. » – Dans l’Ordre de Saint-Dominique, l’érudition n’a jamais été la satisfaction d’une curiosité oiseuse, mais a toujours dû être coordonnée à la plus solide théologie. » À cette condition le frère prêcheur remplira le ministère des docteurs au service de l’Église, ministère qui leur vaut, à eux aussi, l’auréole, explique le P. Lagrange, « parce que leur ardente recherche de la vérité se terminait en Dieu, et que ce n’était point une spéculation abstraite, mais une amoureuse contemplation ».
(B. Montagnes, Marie-Joseph Lagrange, Une biographie critique, Cerf, 2004, pp. 553-554.)

 

23 août 2018 : Sainte Rose de Lima o.p.

Sainte Rose of Lima with Child Jesus Anonymous Cusco School

Albert Lagrange et sainte Rose de Lima o.p.

Ce fut un jour de Sainte Rose de Lima ou la veille qu’Albert Lagrange annonça à ses parents sa vocation. Il l’exprime ainsi dans son Journal spirituel :
« Mais il fallait avertir ma mère : elle pressentait quelque chose. Quand je lui fis ma confidence, elle fut si bouleversée que je dus la soutenir dans mes bras… mon père fut plus calme, mais saisi, et moi je croyais que mon cœur allait se rompre. Quels liens, car mon amour pour ces êtres chéris était passionné, profond ; cette tendresse qu’ils avaient pour moi, je l’avais toujours considérée comme mon bien le plus précieux. Rien ne m’aurait éloigné de ces chers parents, aucune considération de fortune ou d’ambition… Les quitter ! »

Isabel Flores de Oliva, dite Rose de Lima (1586-1671), sainte, tertiaire dominicaine espagnole.

 

20 août 2018

Saint Pie X et le père Lagrange par Bernard Montagnes, o.p.

Mosaïque de saint Pie X
à l’entrée de la crypte. Lourdes.

Pie X (élu le 4 août 1903, † 20 août 1914)

Extrait d’un l’article du fr. Bernard Montagnes o.p. « Les papes du père Lagrange ».

En matière d’études bibliques, l’urgence devient celle du contrôle et même de la répression. Aussi le projet d’une institution romaine vouée à la science biblique tombe en sommeil, comme le déplore le père Lagrange, le 29 octobre 1903, dans une lettre au père Ambroise Gardeil : « Le Saint-Père n’est évidemment pas entré dans la pensée de Léon XIII et n’y entrera probablement pas. Ceux qui veulent démolir se passent de permission… et nous en sommes là. On travaille beaucoup ici… pour l’avenir. »

Par le père Cormier, Maître général, familier de Pie X, le père Lagrange sait ce que le pape pense de l’École biblique. « Le Saint-Père me dit : « En cette matière, soyez dur ; vous pouvez être assuré de l’appui du Saint-Siège » » (10 septembre 1906). « Il ne pense pas qu’à Jérusalem on soit bien enchanté de ce qu’il fait et bien empressé à la seconder efficacement con amore. Un de nos Pères […] lui a dit que les études philosophiques et théologiques souffraient de la prépondérance donnée au reste » (22 avril 1908). « L’opinion s’est répandue chez certains de nos Pères que des professeurs ont pour tactique de se taire, attendant des jours meilleurs, et prévoyant que, s’ils avaient le malheur de risquer des opinions peu agréées, le pape frapperait comme un sourd, quod est inconveniens[1]» (18 juin 1909).

Non seulement le père Lagrange est empêché en 1907 de publier quoi que ce soit sur l’Ancien Testament, mais après son Évangile selon saint Marc (1911), la Congrégation romaine responsable des séminaires jette en 1912 un blâme public sur ses publications. C’est alors que le père Lagrange adresse au pape une admirable lettre de soumission, dans laquelle il proteste de son intention de servir l’Église et non de la subvertir, lettre qui émut Pie X. Le père Cormier en avertit aussitôt le père Lagrange le 5 septembre 1912 : « J’ai eu hier l’audience du Saint-Père, qui spontanément m’a exprimé sa grande et pleine satisfaction de votre lettre, m’encourageant à la publier. J’ai ajouté que vous aviez été peiné que certains vous attribuassent d’être rationaliste et insoumis. Votre désir était, au contraire, de sauvegarder la véracité, même historique de l’Ancien Testament et vos écrits dans ce sens sont de beaucoup antérieurs aux récentes décisions. » La bienveillance de Pie X se maintient ensuite puisqu’en mars 1913, comme le père Lagrange le raconte à Tisserant, il a reçu une bénédiction spéciale du Saint-Père par un de ses anciens amis, camérier de cape et d’épée.

Dans ses Souvenirs personnels, écrits en 1926, le père Lagrange revient sur cet épisode : « Quand je pense à l’accueil plein de bonté que fit Pie X à ma soumission de 1912, je me dis que si je lui avais écrit alors [en 1909] une lettre filiale, pour lui ouvrir mon cœur plus complètement que je ne l’avais fait jusqu’alors, ses soupçons se seraient peut-être évanouis. Je me suis trop condamné à ne rien faire qui parût être une captatio benevolentiae.[2]Et que pouvait une lettre contre les attaques sans cesse renouvelées auprès de Sa Sainteté ? » (p. 184).

[1]Ce qui ne convient pas.

[2]La captatio benevolentiae est un procédé rhétorique qui consiste à s’assurer d’entrée de jeu de la sympathie de l’interlocuteur.

 

15 août 2018

L’Assomption de la Vierge Marie par
Charles Le Brun (17e)

L’Assomption de Marie au Ciel par le père Marie-Joseph Lagrange o.p.

La piété des enfants de l’Église tient pour assuré que le Christ ressuscité apparut d’abord à sa très sainte Mère. Elle l’a nourri de son lait, elle a guidé son enfance, elle l’a comme présenté au monde aux noces de Cana, pour ne reparaître guère qu’auprès de sa croix. Mais Jésus a consacré à elle seule avec Joseph trente ans de sa vie cachée : comment n’aurait-elle pas eu pour elle seule le premier instant de sa vie cachée en Dieu ? Cela n’intéressait pas la promulgation de l’Évangile ; Marie appartient à un ordre transcendant où elle est associée comme Mère à la Paternité du Père sur Jésus. (M.-J. Lagrange, o.p. L’Évangile de Jésus Christ avec la Synopse évangélique, trad. P. Ceslas Lavergne, o.p.)

L’instant de l’Assomption comme celui de la Résurrection de Jésus sont deux événements qui appartiennent au secret de Dieu. (Manuel Rivero, o.p., Le père Lagrange et la Vierge Marie. Méditations des mystères du Rosaire.)

Assomption : le mot latin assumptio vient du verbe ad-sumere « prendre pour soi », « tirer à soi ». La Solennité de l’Assomption de Marie célèbre la glorification de la Mère de Dieu. Les Écritures canoniques ne parlent pas de ce mystère, mais très vite la foi de l’Église en a témoigné : dès la fin du Vsiècle, on enregistre des allusions à une fête de la « dormition » ou du « passage » de Marie. Le 1er novembre 1950, Pie XII a défini solennellement le dogme de l’Assomption de Notre-Dame, dans les termes suivants : « Marie, l’Immaculée Mère de Dieu, toujours Vierge, à la fin de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire du ciel ». Le mystère de l’Assomption est le privilège marial qui répond au privilège de l’Immaculée Conception : si Marie est la toute-pure, devenue la Mère de Dieu, associée à l’œuvre rédemptrice de son Fils, il convenait que Dieu l’élevât à la Gloire du Christ ressuscité et monté au ciel. Après l’Ascension du Seigneur, l’Assomption de Notre-Dame est pour nous le gage de notre appel à la Gloire : à côté de l’humanité du Christ, une personne humaine est entrée dans la vie des Trois et ne cesse, avec Jésus, d’intercéder pour que nous soyons là où elle est. (Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie© Editions CLD, tous droits réservés.)

 

10 août 2018

Jour-anniversaire de la « naissance au Ciel » du père Lagrange

Aujourd’hui jour-anniversaire : 10 mars 1938-10 août 2018, en communion de prière avec fr. Manuel Rivero o.p., qui célèbre la messe de ce jour aux intentions des Amis de l’Association du père Lagrange et pour la béatification du père Lagrange.

« Père saint, tu as mis en ton serviteur le frère Marie-Joseph Lagrange, le désir de la vérité et un goût passionné pour la Parole de Dieu. À la lumière de la Loi de Moïse, des Prophètes et des Psaumes, il a scruté le mystère de Jésus Christ et son cœur est devenu brûlant. Avec la Vierge Marie, il a médité l’Évangile dans la prière du Rosaire. Il a voué son existence à l’étude scientifique de la Bible dans l’harmonie évangélique de la foi et de la raison afin de sauver les âmes perturbées par la critique scientifique. Ceux qui l’ont connu ont témoigné de sa foi rayonnante et de son exemplaire obéissance dans les épreuves. Nous te prions, Père, de hâter le jour où l’Église reconnaîtra publiquement la sainteté de sa vie, afin que son exemple bienfaisant entraîne nos frères à croire en la Parole de Dieu. Que l’intercession du frère Marie-Joseph Lagrange nous obtienne les grâces dont nous avons besoin, et en particulier : (préciser laquelle)………………………………. Nous te le demandons, Père, au nom de ton Fils Jésus Christ, dans la communion du Saint-Esprit, un seul Dieu vivant pour les siècles des siècles. Amen. »

Important : Pour les grâces reçues, nous écrire : pere.marie.joseph.lagrange@gmail.com
ou Association des amis du père Lagrange – Dominicains – 9 rue St-François-de-Paule-FR-06357 Nice Cedex 4.

 

8 août 2018

Saint Dominique et le frère Marie-Joseph Lagrange o.p.

Saint Dominique
par Joseph Aubert (19e). Basilique St-Étienne. Jérusalem

La sainteté consiste dans l’imitation de Notre Seigneur. Mais personne ne peut reproduire entièrement toutes les perfections de ce divin modèle. Il m’a bien fait comprendre ce matin que je devais m’appliquer surtout à retracer en moi les traits de notre Père Saint Dominique. De même que Marie est pour tous les chrétiens l’océan des grâces, le seul réservoir qui nous les distribue, saint Dominique est le fleuve qui nous les apporte. Or il eut surtout, en particulier, l’esprit de prière, de pénitence, de dévotion envers la Sainte Vierge par le Rosaire, le zèle des âmes : la contemplation dans la vie active. J’ai cru comprendre aussi comment la vie apostolique avait peut-être moins de danger d’orgueil que la vie érémitique. Demander bien assidûment l’esprit de saint Dominique.

« Ô mon Père, saint Dominique, vous savez que je vous aime ! Je suis entré dans votre Ordre avec l’espérance qu’un jour je serai reçu par vous à la porte du Ciel et conduit par vous aux pieds de Notre-Dame Marie Immaculée. – Accordez-moi cette grâce, à moi et à tous mes parents d’arriver au ciel sous votre bannière., … Je vous demande encore une abondante effusion de votre Esprit dans tout l’Ordre et le noviciat. Fiat spiritus tuus in me duplex [2 R 2,9]. [Que me revienne une double part de ton esprit !] »

(Marie-Joseph Lagrange, Journal spirituel, Cerf, 2014)

6 août 2018

Transfiguration du Seigneur à la lumière des écrits du père Lagrange o.p.

Transfiguration of the Lord – Icône

Lors de la Transfiguration, Jésus dévoile la lumière de sa divinité aux trois disciples bien-aimés (Pierre, Jacques et Jean) car en lui habite corporellement la plénitude de la divinité, s’exclamera plus tard saint Paul (Colossiens 2,9.)

[…] La Transfiguration est l’opposé de la Passion.

À Gethsémani, Jésus transpirait de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre.

À la Transfiguration, Jésus rayonne la gloire de Dieu qui rend heureux ses disciples.

[…] La Transfiguration prépare ainsi les apôtres à affronter le scandale de la Croix.

Prions pour tous ceux qui cherchent Dieu dans les ténèbres.

Prions pour ceux qui dans leur souffrance ne croient plus au bonheur que Dieu donne. (Manuel Rivero, o. p., Le Père Lagrange et la Vierge Marie. Méditations des mystères du Rosaire.)

 

2 août 2018

La Vierge aux rochers (détail)
Leonardo da Vinci (16e)

La dévotion du père Lagrange à la Vierge Marie

Mais enfin comment se fait-il que vous n’ayez pas été condamné ? », me disait le P. Lehu. Dans mon intérieur, j’en remerciais Marie, ma Mère, c’est ce qu’il faut toujours faire. Magnificat, moins pour moi, auquel l’humiliation aurait été salutaire, que pour ceux auxquels elle aurait fait mal… » (Marie-Joseph Lagrange o.p., Journal spirituel. 22 octobre 1925.)