Le Père Lagrange et la Vierge Marie – Méditations des mystères du Rosaire par Manuel Rivero O.P. Recension par Jean-Claude Desmidt

La cause de béatification du Père Lagrange est engagée à Rome, le Père Rivero en est le vice-postulateur. C’est dire l’intérêt qu’il porte au fondateur de l’École biblique de Jérusalem. Délaissant débats et contestations que l’œuvre du Père Lagrange a suscités en son temps à cause de la modernité de ses méthodes, le Père Rivero consacre son ouvrage à la piété mariale de l’exégète aujourd’hui reconnu.

Albert Lagrange, devenu dans l’ordre dominicain Marie-Joseph Lagrange, dira de Marie qu’elle est l’humble ménagère de Nazareth, marquant par là son humilité, mais il l’appellera aussi Notre-Dame de la Compassion et l’invoquera sous le vocable de Notre-Dame des Commencements, car elle est au début de l’aventure de Jésus comme de ceux qui se confient à elle. Tel fut le désir du Père Lagrange, lui qui se fixait comme idéal : agir en tout dans l’esprit de Marie, Mère de la Sagesse. Il se remet entre les mains de sa Maîtresse et Mère et n’hésite pas à écrire dans son Journal Spirituel : Toute grâce vient de Jésus par Marie ce qui entraîne cette autre affirmation : Prier Jésus, toujours, par Marie, toujours : ne les isoler jamais, Jésus dans les bras de Marie. Fondant l’École biblique de Jérusalem, il désire la confier entre les mains de Marie-Immaculée : elle lui est dédiée, c’est son œuvre. Enfin, il désire partager les sentiments de Marie au pied de la Croix en invoquant Marie Réparatrice : Réparer les outrages faits à Jésus en prenant les sentiments de Marie.

Voilà un aspect peut-être méconnu de celui que l’on a l’habitude de classer parmi les chercheurs intellectuels, un esprit novateur et critique, un exégète scientifique. Le Père Rivero est parti à l’exploration du Journal Spirituel qui nous révèle ce rapport intense et mystique du Père Lagrange avec Marie qui selon son commentateur constitue la racine cachée de sa foi dans son labeur d’interprète de l’Écriture Sainte. En effet , ajoute le Père Rivero : Il vivait avec la Vierge à qui il parlait comme un ami parle à un ami, comme un fils parle à sa mère.

Dès lors, il était normal que dans une deuxième partie du livre, l’auteur s’attache à éclairer à la lumière de la pensée du Père Lagrange la prière mariale par excellence, la prière du Rosaire dont les dominicains sont les ardents propagateurs depuis que cette prière a été confiée à saint Dominique. Chaque mystère est lu par le Père Rivero avec sa propre méditation ponctuée par les réflexions du Père Lagrange. Difficile de rendre compte de chacun de ces mystères : allons au mystère du jugement dernier. Le Père Lagrange n’envisage pas d’autre critère pour ce jugement que l’amour. Le Père Rivero commente ainsi : Jésus demande à ses disciples d’investir l’amour qu’on lui doit dans le prochain. C’est l’amour du prochain qui nous ouvre à la rencontre de Dieu.

L’ouvrage s’achève sur une version litanique renouvelée à la Vierge Marie. L’invocation Marie, Reine des initiatives apostoliques, priez pour nous ne rejoint-elle pas à point nommé nos préoccupations en cette année d’Évangélisation ?

Manuel Rivero,O.P., Le Père Lagrange et la Vierge Marie, Méditations des mystères du Rosaire, Éd. du Cerf 2012, 12 €, Possibilité de se procurer ce livre auprès de l’Association des amis du père Lagrange, Dominicains, 9 rue St-François-de-Paule,06357 Nice Cedex 4 – France
e-mail pere.lagrange@dominicain.net – site internet www.mj-lagrange.org