Interview de fr. Manuel Rivero, o. p. par le magazine « Église à La Réunion »

Le 12/11/2012

 

Église à La Réunion : Les dominicains sont très attachés aux mystères du Rosaire, puisque la tradition rapporte qu’en l’an 1214, alors que l’Église catholique luttait contre l’hérésie albigeoise, la Vierge apparaissant à saint Dominique lui dit : « Va et prêche mon Rosaire. » Vous-même prêchez le Rosaire depuis plus de trente ans. Pourquoi est-il toujours aussi important, de nos jours, de faire ce genre de prêche ?

Fr. Manuel Rivero : Au commencement du synode sur la nouvelle évangélisation, qui a eu lieu à Rome au mois d’octobre 2012, le pape Benoît XVI a exhorté les chrétiens à prier le Rosaire.
Le père Lagrange disait que « l’apostolat du Rosaire, quand on s’en occupe, réussit toujours ». Mon expérience le confirme. La prière du Rosaire nous fait rejoindre le cœur de la Vierge Marie pour regarder son Fils Jésus avec les yeux de sa foi à elle. La foi de Marie est la foi de l’Église. La prière du Rosaire nous fait vivre le mystère du Sauveur dans notre cœur. Aujourd’hui nous ressentons un grand besoin d’intériorité et de vie spirituelle, aspirés que nous sommes par toutes sortes de sollicitations à la consommation et à la dispersion.
Prière contemplative, le Rosaire unifie le cœur au contact de la Parole de Dieu. Cette belle prière représente un voyage mental en Terre sainte pour revivre les événements de la vie du Messie, guidés par la meilleure guide qui soit, sa Mère.
Concrètement, la prière du Rosaire me donne d’approfondir la connaissance de la Révélation accomplie par Jésus. L’esprit et l’intelligence se fixent calmement sur le mystère de Dieu manifesté dans l’histoire du Verbe fait chair, Jésus.
La prière du Rosaire favorise l’harmonie et la paix dans les familles. Après le séisme en Haïti du 12 janvier 2010, certaines familles qui avaient tout perdu se sont mises à prier et elles m’ont fait part des bienfaits de cette action. La prière du Rosaire apporte la lumière et la force de la foi dans les épreuves. Il m’arrive de dire aux malades : « Les malades, au boulot ! Au boulot de la prière ! » Un malade qui prie élève le monde. Lors du décès de nos proches, la prière du Rosaire nous permet de rejoindre le Christ sur la Croix. Personnellement, chaque fois que j’ai prié avec une famille en deuil, j’ai vu les visages passer de la tristesse au sourire lumineux de la foi. Vous comprenez pourquoi j’aime le Rosaire!

Église à la Réunion : Vous êtes un fervent admirateur du père Lagrange (1855-1938) à qui vous avez déjà consacré un ouvrage (« Priez quinze jours avec le père Lagrange, fondateur de l’École biblique de Jérusalem », Éd. Nouvelle Cité, 2008). Selon vous, quelle était la particularité du père Lagrange ?

Fr. Manuel Rivero : Le père Lagrange était un homme complet. Sa prière était feu. Il consacrait ses longues journées à l’étude de la vérité qui rend libre en scrutant le sens de la Bible : ses textes, leur contexte, les genres littéraires, la culture et les religions de l’époque, l’archéologie. « L’histoire se fait avec des documents et des monuments », enseignait-il.
Ce faisant, il n’aspirait pas à l’érudition mais au salut des âmes. À son époque, le modernisme, philosophie rationaliste qui enlevait à la Bible sa dimension surnaturelle, faisait basculer dans l’athéisme des laïcs et des prêtres. Le père Lagrange a relevé ce défi de son temps en reliant foi et raison, histoire scientifique et exégèse, sciences humaines et théologie sacrée.

Église à La Réunion : Comment peut-on expliquer le lien si fort qui unissait le père Lagrange à la Vierge Marie ?

Fr. Manuel Rivero : Sa mère, Élisabeth Falsan, d’origine lyonnaise, avait transmis à son fils la vénération envers l’Immaculée Conception, dont la fête, le 8 décembre, deviendra par la suite la fête patronale de l’École biblique de Jérusalem. Tout au long de son existence, le père Lagrange a vécu dans la proximité priante de la Mère de Dieu. Chacune des pages de ses travaux bibliques commençait par un Ave Maria.

Église à La Réunion : Vous êtes à l’origine du programme « Le Rosaire » sur radio Arc-en-ciel. Quelles étaient vos motivations pour créer ce programme ?

Fr. Manuel Rivero : Dans l’Ordre des prêcheurs, fondé par saint Dominique, le Rosaire est aussi bien chemin de contemplation que prédication du mystère de Dieu. Il y a un lien profond entre cette prière et l’entrée dans la Sagesse divine. Le Rosaire enrichit la prédication de la douce et pénétrante lumière de la foi de la Vierge Marie, sans laquelle il est impossible de comprendre l’Incarnation.
Le programme du Rosaire sur radio Arc-en-ciel a été lancé le premier lundi du mois de septembre 1993, quelques semaines après mon arrivée à La Réunion, le 16 juillet, en la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel. Grâce au dévouement heureux des laïcs, ce programme a aidé à prier des milliers de Réunionnais depuis bientôt vingt ans : familles avec enfants, malades, détenus, personnes en voiture, religieuses, etc.
Je me souviens d’une carte postale envoyée par une dame qui habitait dans l’est de l’île : « Depuis qu’il y a le programme du Rosaire sur radio Arc-en-ciel, le lundi est devenu un jour de fête! »
La prière fait du christianisme un long jour de fête dans l’allégresse du Ressuscité.

 

frangipanier_fleurs_de_ile_de_la_reunion_3015